Grande chambre (A)


Cliquez sur le plan d’aménagement de L’Aurore pour découvrir ses secrets.

cuisine_equipage

proue

cuisine_capitaine

sainte_barbe

clavecin1

clavecin2

chambre_coucher

chambre_capitaine

grande_chambre

L’accès aux chambres placées sous le gaillard arrière se fait depuis le pont : une double porte s’ouvre sur un couloir autour duquel sont disposées trois chambres. 

La plus grande chambre, située tout au fond du couloir, occupe tout l’arrière du navire et couvre environ 16m2 de surface. Une note indique que cinq personnes peuvent y coucher. Éclairée par de nombreuses fenêtres, elle est décorée avec beaucoup de raffinement : moulures aux murs et au plafond, tableaux, rideaux et tentures ornées. Huit caissons garnis de coussins forment des banquettes. Deux petites armoires encadrent la porte. La particularité de la pièce réside dans sa forme rectangulaire, identique à une chambre d’appartement de ville en opposition aux dispositions traditionnelles des chambres de navires qui s’adaptent aux formes de la coque.

La grande chambre donne accès à la cave, par un panneau amovible. Cette cave est composée de cinq soutes assez basses, avec seulement 4 pieds 5 pouces de hauteur, soit 1 mètre 44.

Extraits du Journal du voyage de M. le marquis de Courtanvaux sur la frégate « L’Aurore »… Paris, Imprimerie royale, 1768

[p. 57] « Je sacrifiai, de concert avec lui [Ozanne, concepteur du navire], le nombre d’artillerie pour avoir du logement ; l’arrimage même en souffrit, sans que cependant, malgré les mauvais temps, nous ayons couru le moindre risque ; mais nous avons perdu beaucoup de l’avantage qu’un arrimage différent auroit donné à cette Corvette, qui avoit 66 pieds de tête en tête. »

[p. 57-58] « La lettre A marque ce que l’on appelle la grande chambre ; le goût que M. Ozanne a pour la perfection & pour les commodités, lui fit imaginer de la faire carrée, & de ne pas suivre, ainsi que cela se pratique, le contour du Bâtiment. »

[p. 59] « Je n’entrerai pas dans le détail des autres agrémens que M. Ozanne avoit procurés, par son génie, à la grande chambre ; comme cela m’éloigne de mon sujet. »

[p. 84] « M. Leroy voulut se charger lui-même du port de ses montres ; je les fis placer à l’arrière du Vaisseau, dans la grande chambre, l’une à bâbord, l’autre à tribord. C’étoit peut-être le lieu du Vaisseau qui leur convenoit le moins ; elles devoient y être exposées à tous les mouvemens de tangage & de roulis du Navire ; mais je faisois attention qu’il s’agissoit d’éprouver ces montres, & non de s’en servir, M. Leroy approuvoit & appuyoit lui-même cet avis. »

histoire

Histoire

visiter

Visiter

reperes

Galerie

mecenat

Projet de restauration