Histoire


La maquette de la corvette L’Aurore, classée monument historique en 1944, est tout à fait exceptionnelle. Sa grande taille est notable pour l’époque (1768), mais c’est surtout la finesse et l’exactitude de sa réalisation qui en font un objet tout à fait fascinant.

L’expédition scientifique de L’Aurore

En 1767, l’Académie des sciences propose pour sujet d’un prix la construction de montres marines, destinées à déterminer les longitudes en mer. Elle décide d’organiser une expédition pour éprouver les instruments présentés à ce concours. Un de ses membres, François-César Le Tellier, marquis de Courtanvaux, propose de financer l’expédition.

Il fait construire à ses frais au Havre un bateau spécialement conçu pour ces observations et pouvant loger des savants et leurs instruments. Ce vaisseau, baptisé L’Aurore, doit pouvoir manœuvrer rapidement par grosse mer : il est donc relativement petit (21,5 m de long).

L’Aurore prend la mer le 13 mai 1767, emportant à son bord le marquis de Courtanvaux lui-même, l’horloger Le Roy concepteur des montres à expérimenter et des savants dont les astronomes Charles Messier et Alexandre-Gui Pingré, chanoine bibliothécaire de l’abbaye Sainte-Geneviève. L’expédition a lieu de mai à août 1767, du Havre à Amsterdam par la mer du Nord et le Zuiderzee.

La corvette, ayant rempli sa mission, est vendue au roi en 1769. On en perd alors la trace.

La maquette


Pour garder le souvenir du voyage de L’Aurore, Courtanvaux fit exécuter dès 1768 un modèle au 1/12e qu’il confia au père Pingré et « à Messieurs de l’abbaye royale de Sainte-Geneviève de Paris pour être gardé par eux et placé dans leur bibliothèque ».
D’une taille exceptionnelle pour une maquette du XVIIIe siècle (2,8 m de long, 0,48 m de large et 2,14 m de haut), la corvette est un témoin unique des techniques de l’époque. Son gréement a été réalisé par Chopin, maître d’équipage dans l’expédition de 1767 et donc témoin de première main. L’intérieur de la corvette, inaccessible avant restauration, reproduit fidèlement les décors de l’original, dont les meubles et les canons aujourd’hui disparus.

C’est une des rares maquettes de navire civil du XVIIIe siècle présentes dans les collections publiques en France, avec la maquette d’un yacht royal anglais conservée au Musée national de la Marine.

L’Aurore et la bibliothèque Sainte-Geneviève

Chanoine génovéfain en charge de la bibliothèque, astronome, explorateur et écrivain, Alexandre-Gui Pingré a participé à l’expédition sur la corvette L’Aurore : c’est à lui que l’on doit la présence de la maquette de la corvette dans la bibliothèque. Elle illustre parfaitement un trait caractéristique des chanoines de l’abbaye Sainte-Geneviève : le goût de l’exploration et des sciences.






histoire

Histoire

visiter

Visiter

reperes

Galerie

mecenat

Projet de restauration